[google-map-v3 width= »620″ height= »350″ zoom= »12″ maptype= »roadmap » mapalign= »center » directionhint= »false » language= »default » tiltfourtyfive= »false » maptypecontrol= »true » pancontrol= »true » zoomcontrol= »true » scalecontrol= »true » streetviewcontrol= »true » scrollwheelcontrol= »false » draggable= »true » addmarkermashupbubble= »false » addmarkermashupbubble= »false » addmarkerlist= »Lamorteau,belgique{}1-default.png{}La Morte Awe, disait-on ! » bubbleautopan= »true » showbike= »false » showtraffic= »false » showpanoramio= »true »]
L'église Saint Nicolas à Lamorteau
L’église Saint Nicolas à Lamorteau

Dernier village avant la France, Lamorteau a gardé de belles maisons traditionnelles.

La « morte awe », ainsi s’écrivait en 1776 le nom du village. Le Ton s’est amusé à de nombreux méandres avant d’arriver dans le village, la pente est insensible et l’eau n’est pas très vive, la morte eau …

Son église est constuite en 1862. Le portail est surmonté en façade de la statue de Saint Nicolas de Myre, patron de la paroisse, tandis que de part et d’autre, se trouvent les statues de St Pierre et St Paul. L’autel provient de l’ancienne église de Saint-Mard.

Avec Torgny, ces deux villages sont appelés « Petite Provence ». Si le climat de Lamorteau est sensiblement le même que celui de Torgny, son orientation en est différente. Son sol aussi, la terre lamortaise contient plus de marne que de calcaire bajocien.  On pourrait se demander s’il n’existait pas une briqueterie à Lamorteau.

La population de Lamorteau au cours des siècles est non sédentaires. Le chemin de fer, la gendarmerie et la douane ont été des facteurs de développement du village qui ont supplanté l’agriculture traditionnelle.

Laissez un commentaire