Gaumais = gourmets !

Comment ne pas s’en douter en dégustant un rouyot, un pâté gaumais, ou encore un biscotin ou une touffaye.

Quand le D’Jean d’Mady cherche à échapper au loup, il lui envoie des morceaux du gâteau qu’on lui à offert à une noce. Ce gâteau est un Rouyot, une grosse brioche facile à réaliser. (les recettes en articles très prochainement).

Vous comprenez que la Gaume est terre de traditions culinaires, il  serait impardonnable de passer sous silence la charcuterie gaumaise : jambon fumé, saucisson fumé pur porc et les terrines de foie de porc têtes pressées ou boudins noirs ou blancs que chaque artisan boucher met en oeuvre.

Afin de relancer l’élevage traditionnel, une association regroupant une série de partenaires locaux à lancé le « boeuf des prairies gaumaises ».

A Torgny, on cultive la vigne depuis de nombreuses années.

La forêt gaumaise abrite  chevreuils, cerfs et sangliers , et quelques mouflons dans le nord.

Il ne faut pas oublier de signaler l’existance de la choucroute gaumaise, fabriquée à Ethe par le « Glaude », au Coeur de la Gaume (restaurant-traiteur).

Pour le plaisir du palais, arrêtez-vous à Florenville pour goûter les chocolats d’Edouard.

Laissez un commentaire